TAP36_LesFemmesAuKurdistan

Féminisme et transformation sociale au Kurdistan

La situation géopolitique au Moyen-Orient est un élément fondamental pour comprendre les enjeux sur les migrations ou encore le développement du terrorisme. Si l’on a beaucoup parlé de la résistance kurde au moment du siège de la ville de Kobané par les terroristes de Daech, on a trop souvent passé sous silence qu’à la base de la lutte armée se trouve un projet de société démocratique dans lequel les femmes jouent un grand rôle. Car entre l’intégrisme religieux politique et les régimes autoritaires, une troisième voie démocratique et de transformation sociale existe : c’est notamment celle du Kurdistan, où l’expérimentation concrète d’une autre société se fait quotidiennement.

Le Mouvement des femmes kurdes s’est organisé au milieu des années 80 en Europe. La première action de sensibilisation des femmes à tous les niveaux de la société fut tout d’abord d’évaluer leur situation au sein des communautés, les discriminations auxquelles elles étaient confrontées et leur niveau social et politique, afin de pouvoir œuvrer à des projets aboutissant à leur émancipation sur le long terme. Les coutumes archaïques issues du féodalisme régnaient et règnent encore dans beaucoup d’endroits au Kurdistan. Cette première association joua un rôle important à son époque pour la prise de conscience des femmes kurdes concernant les problèmes de violence à leur égard sous toutes leurs formes. Pour cette mouvance, l’enjeu principal au sein de la société kurde consistait à déclencher une réflexion et une interrogation au sujet des relations du pouvoir patriarcal qui imprégnait toutes les classes sociales. Pour la première fois, les femmes avaient l’opportunité de déchiffrer ces codes de domination masculine sous tous ses angles, pour ensuite analyser et œuvrer à des stratégies pratiques visant à contrer ces approches par le biais d’organisations associatives, politiques et d’autodéfense.Lire la suite »

TAP36_QuelquesElémentsDeL'histoireDuFéminismeEnFrance

Quelques éléments de l’histoire du féminisme en France

La longue lutte pour l’égalité des femmes a été vécue différemment dans la classe ouvrière et dans la classe bourgeoise, à la ville et à la campagne. Mais dès la Révolution de 1789, les revendications féminines et les luttes féministes ont été liées plus étroitement que dans d’autres pays aux revendications populaires et aux luttes révolutionnaires.

La Révolution de 1789 proclame les droits de l’Homme et du Citoyen mais se refuse à suivre Condorcet qui demande les droits politiques pour les femmes. « Les hommes n’ont-ils pas violé le principe de l’égalité des droits en privant tranquillement la moitié du genre humain de celui de concourir à la formation des lois, en privant les femmes du droit de cité ? » demandait-il. « L’argument qui consiste à dire qu’ouvrir aux femmes la carrière politique, c’est les arracher à la famille, n’a qu’une apparence de solidité… S’il était décisif, il faudrait au même titre leur interdire tous les états manuels et tous les états de commerce, car ces états les arrachent par milliers aux devoirs de la famille ». Condorcet pointe déjà la contradiction : à partir de leur rôle dans la production, les ouvrières et toutes les autres travailleuses feront éclater l’hypocrisie de la morale bourgeoise et la contradiction entre la théorie de la femme au foyer et l’appel massif à la main-d’œuvre féminine au cours de la révolution industrielle.Lire la suite »

TAP35_LeSyndicalismeAgricole

Syndicalisme agricole : A l’ombre de «la forteresse verte»

Le syndicalisme agricole français se caractérise par deux tendances lourdes qui le distinguent aisément, depuis plusieurs décennies, de ses coreligionnaires ouvriers : la suprématie d’une organisation sur les autres et l’implication très forte des structures syndicales dans les dynamiques sociales et territoriales du pays.

Les résultats aux dernières élections aux Chambres d’agriculture en 2013 donnent à voir une majorité de voix pour la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles – Jeunes agriculteurs (FNSEA-JA). Ensemble, séparément ou sous la forme de listes apparentées, ils obtiennent 55,57 % des voix. Viennent ensuite la Coordination rurale avec 20,49 %, la Confédération paysanne avec 18,54 %, le Mouvement de défense des exploitants familiaux (MODEF) 1,47 %, et des listes en binômes, hors FNSEA-JA, ou diverses avec 3,93. Une seule Chambre d’agriculture départementale échappe à une direction FNSEA, le Puy-de-Dôme où siège une coalition Confédération paysanne-Coordination rurale.

Ces scores ne reflètent pas une structuration du syndicalisme agricole français tout entière organisée autour de la « forteresse agricole » pour reprendre le titre de l’ouvrage de Gilles Luneau. La FNSEA est omniprésente dans le paysage syndical français depuis sa création en 1946. Elle l’est même au sein de son opposition dans la mesure où la Confédération paysanne et la Coordination rurale, ont été historiquement créées par des membres, pour tout ou parties, issus du syndicat majoritaire. En 1986, la Confédération paysanne est créée par la fusion de deux structures, la Confédération nationale des syndicats de travailleurs paysans (CNSTP) et la Fédération nationale des syndicats paysans (FNSP) elle-même issue d’une scission de la FNSEA. La Coordination rurale est aussi fondée, en 1991, à l’initiative de dissidents de la FNSEA.

Lire la suite »

mascote_small

Classement mondial de la liberté de la presse de 2015 : la France en 38eme position !

« Le Classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF) permet d’établir la situation relative de 180 pays au regard notamment de leurs performances en matière de pluralisme, d’indépendance des médias, de respect de la sécurité et de la liberté des journalistes.

En tête de l’édition 2015 du Classement mondial de la liberté de la presse figurent, comme souvent, trois pays nordiques, la Finlande, première depuis cinq ans, la Norvège et le Danemark. A l’autre bout du spectre, les situations les pires sont relevées au Turkménistan, en Corée du Nord et en Erythrée, 180ème sur 180. La France figure à la 38èmeplace, les Etats-Unis à la 49ème, le Japon à la 61ème, le Brésil à la 99ème, la Russie à la 152ème, l’Iran à la 173ème et la Chine à la 176ème»

> L’ensemble du classement est ici

TAP35_LeSyndicalisme

A l’origine du syndicalisme

Le syndicalisme est un mouvement ayant pour objectif de grouper des personnes exerçant une même profession en vue de la défense de leurs intérêts. Les syndicats (du grec sun, « avec », « ensemble », et « dikê » justice) se développent à la faveur de la révolution industrielle. Nous verrons, à travers leur histoire en quoi ils sont liés aux idées et mouvements politiques de leur époque.

Un mouvement politisé lié à la révolution industrielle.

Le syndicalisme qui naît en Europe occidentale et en Amérique du Nord à la fin du XVIIIème siècle et au début du XIXème siècle a ses racines dans les nombreuses associations ouvrières telles que les mutuelles, les sociétés d’entraide ou fraternités. Les premiers syndicats apparaissent en Europe occidentale et en Amérique du nord dans les années 1820. Même s’ils sont inspirés par le mutuellisme et la fraternité maçonnique (sociétés d’entre-aide des corporations de métiers sans revendications politiques), ce sont le socialisme et l’anarchisme qui vont les inspirer à cette époque d’industrialisation, d’urbanisation et de naissance de la classe ouvrière.  Ainsi, en 1864 Karl Marx crée l’A.I.T. (Association Internationale des Travailleurs) qui se donne pour tâche d’impulser toute forme d’organisation ouvrière, politique ou syndicale, dans le cadre de la théorie de la lutte des classes. La place qu’occupent les syndicats socialistes est considérable dans le monde. L’intervention des partis socialistes est souvent directe dans la création de syndicats nationaux. C’est le cas en Allemagne en 1868, lorsque le parti social-démocrate fonde la Ligue des syndicats allemands ; ou en 1890, en Belgique, lorsque le parti ouvrier belge décide la constitution d’une Commission des syndicats qui joue le rôle d’une confédération. Sont également d’inspiration socialiste l’éphémère Fédération nationale des syndicats (1886-1895) créée en France par les guesdistes, l’Union générale du travail espagnole (1888), ainsi que bien d’autres syndicats en Europe ou en Amérique latine. La constitution par le Trades Union Congress (TUC) britannique (créé en 1868) d’un parti du Travail, ou parti travailliste, se fait également avec la participation de socialistes. En somme, les syndicats modernes sont à l’origine organiquement liés aux projets socialistes de révolution sociale dont l’ennemi commun est le capitalisme.Lire la suite »

une_tapage_35

le Tapage 35 est dans toutes les bonnes boites…

…c’est à dire celles de nos abonnés… Désolé mais pour survivre dans ce monde médiatique cruel, il faut savoir en payer le prix !  Soutenez la presse alternative locale en vous abonnant au journal papier via notre plateforme commerciale off-shore délocalisée ici… ou lisez une sélection d’articles publiés ici, plusieurs semaines après la sortie du journal en vous de abonnant au blog ! A très bientôt.
preview (2)

Etat d’exception

L’état d’urgence décrété par François Hollande après les attentats de novembre dernier et les risques qui en découlent peuvent s’inscrire dans la catégorie plus large de l’état d’exception théorisée par Giorgio Agamben.

L’origine de la notion remonte, selon certains historiens, au décret du 8 juillet 1791 de l’assemblée constituante déclarant l’état de siège. Pour le philosophe italien Giorgio Agamben (État d’exception, Homo Sacer, 2,1, Paris, Seuil, 2003), de militaire, la mesure devient, au cours de l’histoire, politique. Selon lui, nous vivons même aujourd’hui dans un état d’exception permanent : « L’état d’exception a même atteint aujourd’hui son plus large déploiement planétaire. L’aspect normatif du droit peut être ainsi impunément oblitéré et contredit par une violence gouvernementale qui, en ignorant à l’extérieur le droit international et en produisant à l’intérieur un état d’exception permanent, prétend cependant appliquer encore le droit. »

Les zones d’attente dans les aéroports, où s’entassent les réfugiés et les demandeurs d’asile, les frontières étatiques et les zones protégées à l’intérieur des villes ; voilà les multiples visages de l’état d’exception qui culmine, pour l’auteur, à Guantanamo. Ainsi «la déclaration de l’état d’exception est remplacée par une généralisation sans précédent du paradigme de la sécurité comme technique normale de gouvernement» instaurant des zones plus ou moins denses de non-droit.Lire la suite »

TAP34_Grand bordel syrien [2]

Le bourbier syrien

Le 13 novembre dernier, six attaques simultanées ont frappé Paris et Saint-Denis. Ces tueries revendiquées par l’État Islamique (DAECH) ont fait 132 morts et 350 blessés. C’est sous prétexte de se venger des frappes françaises que l’Etat islamiste a semé la terreur. Quelques éléments d’analyse du conflit syrien.

En 2010, à la suite de la crise des « subprimes », les grandes banques – comme J P Morgan – voyant leurs produits financiers devenir ingérables, décident de se refaire dans l’économie réelle sur le marché des matières premières et des produits alimentaires. Ce mécanisme spéculatif provoque alors une hausse des prix et les émeutes de la faim qui conduisent à ce qu’on a appelé « les printemps arabes ». En Tunisie d’abord puis en Égypte, un vent de révolte s’installe et se propage dans plusieurs pays : Bahreïn, Yémen, Jordanie, Syrie. Cette explosion sociale naît de l’accumulation de problèmes, de frustrations mais aussi d’aspirations communes à l’ensemble de la région.… Les manifestants réclament plus de libertés, la fin des régimes autoritaires et dictatoriaux et de meilleures conditions de vie.

La Syrie

En Syrie tout a commencé à Deraa, avec l’arrestation de quelques enfants d’une dizaine d’années qui avaient inscrit des slogans hostiles au gouvernement sur les murs de la ville. Les mères, venues réclamer leur libération, se sont affrontées avec la police, certaines ont été arrêtées et brutalisées. Cette étincelle met le feu aux poudres, et de graves troubles touchent plusieurs agglomérations du pays faisant des dizaines de morts.  Cette première opposition, spontanée et non organisée, est divisée. Elle est très vite infiltrée et instrumentalisée par des groupes islamistes comme Al-Nosrat, branche syrienne de Al Quaida. Les Etats-Unis cherchent alors, afin de provoquer la chute et le départ de Bachar-el-Assad, à y exacerber les tensions confessionnelles afin de couper les dirigeants syriens de leur base sociale. Dans une Syrie laïque composée à 70% de sunnites, cette stratégie, soutenue par une partie de l’opposition syrienne, consiste à présenter le gouvernement comme un régime exclusivement alaouite. Ces « rebelles » sont, maintenant, armés par les pays voisins, comme la Turquie et l’Arabie Saoudite, mais aussi par les Etats-Unis. Car pour la Coalition emmenée par les Etats-Unis, l’homme à abattre, c’est Bachar-el-Assad, l’ennemi d’Israël et l’allié historique de la Russie qui y dispose à Tartous, de son unique base navale stratégique en Méditerranée.Lire la suite »