Le gouvernement privatise Arianespace

st23-liftoff-hr
La privatisation d’Arianespace conclut un processus mené au pas de course par les Européens pour contrer l’offensive de l’américain SpaceX.

Changement d’orbite pour Arianespace. La prise de contrôle du leader mondial des lanceurs de satellites par Airbus Safran Launchers (ASL) a été confirmée mercredi 10 juin lors d’une réunion interministérielle.

Recomposition de l’industrie spatiale
Ce passage du public au privé conclut un processus mené par les Européens pour contrer l’offensive de l’américain SpaceX. Tout a commencé en décembre 2013, quand la fusée américaine Falcon est parvenue à mettre en orbite un satellite de télécommunications. Non seulement Elon Musk, le fondateur de SpaceX, avait réussi à ébranler le duopole européano-russe Ariane – Proton mais il cassait les prix en proposant des tarifs de lancements 30 % moins chers que ses concurrents. Plus question d’avancer la fiabilité des lancements d’Ariane pour défendre des tarifs élevés Désormais, les tirs doivent être peu chers et compétitifs.

Changement de paradigme
Ce changement de paradigme provoqua alors des turbulences dans le monde spatial européen et dans ce brouhaha général, Airbus et Safran ont créé la surprise au printemps 2014. Ensemble, ils proposent un projet de fusée Ariane 6 plus compétitif, capable de concurrencer les fusées de SpaceX. Ils accompagnent leurs demandes d’une réorganisation industrielle en profondeur, pour réduire les coûts. Ce changement de modèle économique entraîne des transferts de compétence ou de participation du public vers le privé. Très rapidement, en juin 2014 l’Elysée approuve le principe de cette réorganisation.

Premier lancement d’Ariane 6 en 2020
Depuis, Airbus et Safran ont commencé la fusion de leurs activités et harmonisé les statuts des 8 000 salariés concernés. Arianespace poursuivra le plan de compétitivité engagé pour compenser les baisses de prix nécessaires face à SpaceX mais cela n’empêchera pas des réorganisations notamment sur le site de Kourou. A l’automne, la nouvelle entité ASL sera opérationnelle avec pour objectif un premier lancement d’Ariane 6 en 2020. Pendant ce temps, SpaceX pousse son avantage avec son entrée sur le marché des lancements militaires américains jusqu’alors aux mains de Boeing et Lockheed.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s